Beaumont-sur-Oise Le chef de la police municipale accusé d’agressions sexuelles

Yannick Ascoërt, a été mis en examen pour des faits d’agressions et de harcèlement sexuels qui auraient été commis dans les locaux de la police. Six femmes ont porté plainte.

27/09/2017 à 12:44 par Thomas Hoffmann

Beaumont-sur-Oise-le-chef-de-la-police-municipale-mis-en-examen-suite-des-agressions-sexuelles-France-3-Paris-Ile-de-France-_2.jpg
Il y aurait eu des blagues salaces, des remarques sur les tenues vestimentaires, mais aussi des mains aux fesses. Des faits commis sur des subordonnées dont certains remontent à plusieurs années. Déféré vendredi 22 septembre au parquet de Pontoise, le chef de la police municipale de Beaumont-sur-Oise, Yannick Ascoërt, a été mis en examen pour agressions sexuelles, harcèlement sexuel et harcèlement moral par le juge d’instruction en charge du dossier. L’homme de 54 ans a été placé sous contrôle judiciaire puis laissé libre.

Première plainte en janvier

Fin janvier 2017, une femme, qui était en poste depuis quelques semaines seulement à la police municipale de Beaumont, pousse la porte de la brigade de gendarmerie de Viarmes pour déposer plainte contre son supérieur. Elle évoque des pressions, à la suite d’un conflit professionnel, et dénonce également des actes à caractère sexuel. La victime s’était vu prescrire 30 jours d’incapacité. Les militaires ouvrent alors une enquête en préliminaire.
Dans la foulée, cinq autres femmes déposent plainte à leur tour pour des faits d’agressions et de harcèlement sexuels qui auraient été commis au sein même des locaux de la police municipale de Beaumont-sur-Oise, mais également ceux de L’Isle-Adam, où officiait Yannick Ascoërt jusqu’en 2014.

Il aurait tenté de poser leur main sur son sexe

Deux des six plaignantes décrivent notamment des agressions similaires survenues dans le vestiaire, à Beaumont. L’homme de 54 ans serait entré alors qu’elles se changeaient. Il se serait alors collé à elles, leur prenant la main pour la poser sur son sexe. Dans l’un des cas, il était entièrement nu au moment de l’acte.
Les autres plaignantes dénoncent, quant à elles, des attouchements, notamment des tapes sur les fesses, et plus généralement des remarques sur leurs tenues, les incitants à porter de la lingerie fine, ou encore à poser nues pour qu’il puisse les dessiner.

Mise à pied

Placé en garde à vue mercredi 20 septembre dans les locaux de la gendarmerie de Viarmes, Yannick Ascoërt, a nié les accusations. Joint par téléphone, son avocat, Me Frédéric Aguillon, a refusé de communiquer sur le dossier, précisant toutefois que certains des faits reprochés à son client remonteraient à cinq voire dix ans et pourraient être ainsi prescrits. Du côté de la mairie, la maire de Beaumont, Nathalie Groux, n’a également pas souhaité faire de commentaire. La municipalité a toutefois indiqué dans un communiqué que le chef de la police municipale a été mis à pied :  « Nous avons été saisis d’une enquête pénale concernant Yannick Ascoërt, chef de la police municipale. Madame le Maire a donc pris la décision de le suspendre de ses fonctions jusqu’aux conclusions de ladite enquête. »
95260 Beaumont-sur-Oise

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Pontoise - Mardi 23 janv. 2018

Pontoise
Mar
23 / 01
12°/7°
vent 18km/h humidité 81%
Mer12°-11°
Jeu11°-6°
Ven8°-5°
Sam8°-3°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :