Bezons Attaque des militaires : perquisitions menées au domicile du suspect à Bezons

Des perquisitions sont en cours, à Bezons, au domicile de l'homme de 37 ans soupçonné, d'être l'auteur de l'attaque contre des militaires à Levallois-Perret ce mercredi.

09/08/2017 à 19:49 par Thomas Hoffmann

 

Le domicile du suspect, rue Lucien Sampaix, à Bezons, a été investi par les policiers.
Le domicile du suspect, rue Lucien Sampaix, à Bezons, a été investi par les policiers.

Des perquisitions sont en cours rue Lucien Sampaix, à Bezons, au domicile de l’homme de 37 ans soupçonné, d’être l’auteur de l’attaque contre des soldats de l’opération Sentinelle à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) ce mercredi matin, vers 8h, qui a fait six blessés. Ce dernier a été intercepté sur l’autoroute A16 au volant du véhicule identifié comme celui-ci qui a foncé sur les militaires.

Pour échapper à son arrestation, le conducteur a percuté un ou plusieurs véhicules, et les policiers ont fait feu à plusieurs reprises, selon une source judiciaire. Le conducteur a été blessé par balle, tout comme un policier qui touché à la jambe lors de l’intervention, selon une source policière.

Les enquêteurs n’ont toutefois pas confirmé était bien celui qui a renversé les soldats. « L’homme interpellé, né en 1980, est susceptible d’être l’auteur » de l’attaque mercredi matin, « car il était à bord du véhicule recherché et a tenté de prendre la fuite », indique toutefois une source judiciaire.

 


95870 Bezons

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Pontoise - Mercredi 23 août 2017

Pontoise
Mer
23 / 08
26°/16°
vent 10km/h humidité 89%
Jeu23°-13°
Ven25°-14°
Sam27°-17°
Dim23°-17°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :