Cergy Rythmes scolaires : rien ne change

17/07/2017 à 17:03 par Jérôme Cavaretta

À Cergy, le semaine de quatre jours et demi sera en vigueur tout au long de la prochaine année scolaire.
À Cergy, le semaine de quatre jours et demi sera en vigueur tout au long de la prochaine année scolaire.
Le retour de la semaine de quatre jours, ce n’est pas pour tout de suite. À Cergy, la prochaine rentrée n’accouchera pas de nouveaux rythmes scolaires. Contrairement à de nombreuses communes qui ont décidé de jeter aux oubliettes la semaine de quatre jours et demi, jugée trop éreintante pour les enfants, Cergy persiste et signe. Celle qui appliqua avec enthousiasme la réforme des rythmes scolaires dès la rentrée 2014 n’est pas pressée de changer.

Concertation

« Pour l’heure, la ville a décidé de maintenir l’organisation sur quatre jours et demi à la rentrée de septembre 2017. Les horaires restent inchangés pour l’année à venir, et les périscolaires se dérouleront bien dans les écoles de Cergy », indique-t-on à l’hôtel de ville. Si changement il y a, il interviendra à la rentrée 2018 au terme d’une concertation.
« À l’automne, l’évaluation du Pedt (Plan éducatif du territoire) sera engagée, en concertation avec l’Éducation nationale et les parents d’élèves, précise-t-on en mairie. Cette réflexion collective prendra une nouvelle fois en compte l’intérêt des enfants et des parents afin de permettre de définir au mieux l’organisation à mettre en place pour la rentrée de septembre 2018 ».
95000 Cergy

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Pontoise - Mercredi 26 juil. 2017

Pontoise
Mer
26 / 07
22°/11°
vent 28km/h humidité 90%
Jeu21°-16°
Ven22°-13°
Sam25°-15°
Dim22°-16°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :