Montmorency Place Levanneur. Dernières fournéesà la maison Caillaud

Après trente-six ans d'activité, le couple Caillaud va céder sa boulangerie-pâtisserie. Ce sont les artisans de la boulangerie La Poterne qui vont reprendre le commerce.

10/07/2017 à 14:36 par fabrice.cahen

Après trente-six ans d'activité, Christian Caillaud a décidé de céder sa boutique. -
Après trente-six ans d'activité, Christian Caillaud a décidé de céder sa boutique. -

Joëlle et Christian Caillaud vont prendre leur retraite. « Je ne me rends pas compte que j’ai 69 ans. Je n’ai pas vu le temps passer », confie Christian Caillaud. Originaire de Lorient (Morbihan), il rêvait de devenir artiste peintre. En bon Breton, il a bourlingué au Sénégal, au Maroc, puis est revenu se former à la pâtisserie, en Normandie. « Au début, je n’ai pas aimé. J’ai eu des mauvais patrons, puis je suis tombé sur un excellent maître artisan qui m’a donné le goût du métier », se souvient celui qui est ensuite monté à Paris. Travaillant dans le quartier des Halles, au cœur de la capitale. C’est finalement à Montmorency qu’il a ancré son activité, en se lançant dans sa propre affaire. « On s’est accrochés à cette ville comme des berniques s’accrochent aux rochers », explique le pâtissier. À son tour, il a formé des apprentis, à raison de trois par session. L’un est installé à Lamorlay (Oise), un autre à Morlaix (Finistère), le dernier a repris une crêperie à Montmorency…

Mercure d’or

Au-delà de son activité commerçante, le couple Caillaud s’est impliqué dans la vie locale. « On est sortis de l’image du commerçant derrière son tiroir-caisse. » On a lancé des animations autour de la pâtisserie. En juin 1987, il réalisait la plus haute pièce montée de 8,90 m, avec 25 000 choux. Un exploit toujours inscrit au livre Guinness des records. Le pâtissier a également obtenu un Mercure d’or, en 2001. La plus haute reconnaissance pour un artisan, remise par Renaud Dutreil, ministre du Commerce et de l’Artisanat. Il a même lancé des défilés de mode avec des créations de haute couture, en chocolat, en sucre, en macarons, de 2002 à 2006. Une manifestation qui se clôturait autour de cinq mille petits fours. « Une vie d’artisan que l’on doit à notre fidèle clientèle. On voyagera, mais notre pied-à-terre restera à Montmorency. » Les Montmorencéens n’ont pas fini de croiser Christian Caillaud dans le centre-ville. Son âme d’artiste ne l’a pas abandonné. Il compte désormais se lancer dans l’écriture et rédiger un ouvrage sur l’histoire de la place Levanneur. Lorsqu’il s’était installé à Montmorency, en 1981, l’espace avait gardé son aspect d’origine. Impliqué dans l’action municipale, sous le mandat d’Albert Magarian, l’ancien président des commerçants avait contribué à une première restauration de l’espace du cœur de ville, à nouveau en chantier. Les deux commerçants partagent une part de son histoire.

95160 Montmorency

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Pontoise - Mercredi 26 juil. 2017

Pontoise
Mer
26 / 07
22°/11°
vent 28km/h humidité 90%
Jeu21°-16°
Ven22°-13°
Sam25°-15°
Dim22°-16°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :