En route pour le salon de coiffure de demain

Mardi 27 juin, 26 pré-apprenties en coiffure de l'Institut des Métiers de l'Artisanat d'Eaubonne présentaient leur projet de création d'entreprise et de création d'un soin.

04/07/2017 à 16:51 par Julien Ducouret

Photo de famille des participantes et encadrants. -
Photo de famille des participantes et encadrants. -

Cela faisait deux mois qu’elles planchaient sur ce projet pédagogique qui avait pour objectif de les sensibiliser au développement durable, tout en mesurant leur capacité à travailler en équipe.

« Notre point de départ pour ce projet a été la création du salon de coiffure de demain qui se doit de prendre en compte plusieurs problématiques, dont le respect de l’environnement et l’intérêt grandissant des clientes pour les produits naturels et bio », explique Margaret Milienne, professeur du Cfa.

À base de jaune d’œuf, de miel, d’huile d’olive, de citron ou même de rhum… les jeunes filles devaient imaginer un soin pour les cheveux, fabriqué à partir de produits naturels. Très enthousiastes, elles ont mis en pratique leurs idées et on dû défendre leur projet face à un jury de professionnels.

Du concret pour ces jeunes de 15 ans souvent en rupture avec le système scolaire classique. Et beaucoup de bienveillance de la part du jury. « Vous avez calculé le prix de votre soin en prenant en compte le prix d’un pot entier de miel mais avez-vous utilisé tout le pot pour faire votre soin ? » demande une membre du jury. « Ah non, c’est vrai, du coup le prix est faux ! Il faut faire une division », constate la jeune fille. Un bon moyen de mettre en avant l’utilité des mathématiques dans la vie professionnelle !

Au cours des séances de préparation, les chefs d’entreprise en herbe ont également fait des recherches sur la gestion des déchets en salon de coiffure et la prévention des risques professionnels du métier. La journée s’est conclue par la remise de cadeaux de la part des partenaires du concours : la Société générale, le groupe Bauman, Ella Baché et Paris AX.

Zoom sur… le pré-apprentissage
Les jeunes pré-apprentis qui suivent le Dima (Dispositif d’initiation aux métiers en alternance) conservent leur statut de collégiens tout en suivant des cours au Cfa et en travaillant dans une entreprise d’accueil. Âgés de 15 ans, ils découvrent pendant un an un métier, ce qui leur permet de conforter leur choix d’orientation. Le Dima constitue une année de transition entre le collège et le Cap qui leur permet de gagner en maturité.

Coiffure

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Pontoise - Mercredi 26 juil. 2017

Pontoise
Mer
26 / 07
22°/11°
vent 28km/h humidité 90%
Jeu21°-16°
Ven22°-13°
Sam25°-15°
Dim22°-16°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :