Argenteuil Un suspect interpellé deux ans après un vol avec séquestration

Mardi 16 mai, un jeune homme de 19 ans a été mis en examen soupçonné d'être impliqué dans un vol avec violence commis en janvier 2015 à Argenteuil, avec l'usage d'un Taser®.

19/05/2017 à 17:26 par Thomas Hoffmann

IMG_43865.JPG
Durant de longues minutes, ils avaient séquestré et violenté avec un Taser® un quinquagénaire à son domicile d’Argenteuil, avant de repartir avec son véhicule. Des faits qui remontent au début d’année 2015. Mardi 16 mai, un jeune homme de 19 ans, soupçonné d’être l’un des ravisseurs, a été déféré au parquet de Pontoise et mis en examen.
Il est 22h30, le 22 janvier 2015, lorsque trois hommes frappent à la porte d’un habitant de la rue Pasteur. L’un d’entre eux se présente comme fonctionnaire de police pour que l’homme leur ouvre. C’est alors que les individus, armés d’un pistolet à impulsion électrique et d’un couteau de cuisine, bousculent la victime et pénètrent chez elle. L’homme de 58 ans est aussitôt plaqué au sol, sur le ventre, les mains attachées dans le dos par des liens en plastique noir. Ses ravisseurs lui mettent alors un bonnet sur la tête et le conduisent dans son sous-sol où il est ligoté à une chaise, par les chevilles, puis couvert par une couverture récupérée dans sa maison. Là, les ravisseurs lui ordonnent de leur remettre les clefs de son véhicule, une Toyota, ainsi que sa carte bancaire et le code secret. Mais l’Argenteuillais refuse. Il reçoit plusieurs décharges électriques infligées par le pistolet, mais ne cède toujours pas. Les malfaiteurs lui posent du scotch sur la bouche et prennent la fuite avec le véhicule de la victime ainsi que plusieurs effets personnels. Dans son sous-sol, l’homme réussit à se défaire de ses liens et trouve refuge chez son voisin d’où il alerte la police.

Taser® et serflex

Les experts de la police technique et scientifique examinent son domicile à la recherche de traces Adn notamment sur les liens et le couteau de cuisine abandonnés sur place. Dans le même temps, les policiers de la sûreté urbaine d’Argenteuil, saisis de l’affaire, effectuent leur enquête de voisinage pour relever les témoignages. C’est ainsi que le lendemain des faits, ils repèrent un individu au volant de la Toyota volée se stationner non loin du pavillon de la victime. Le conducteur est aussitôt interpellé pour des faits de recel de vol et de défaut de permis de conduire. L’adolescent de 17 ans explique sa présence par une pure coïncidence, affirmant que trois individus, qu’il connaît de vue, lui ont demandé de garder les clefs de la voiture sans savoir dans quelles circonstances elle avait été volée. Faute de preuves permettant de l’impliquer dans les faits, il est laissé libre. Dans le véhicule les policiers découvrent toute la panoplie du ravisseur : une paire de gants noirs, du ruban adhésif, un Taser® et une boîte de vingt serflex, de marque Casino, n’en contenant plus que huit.
S’intéressant de plus près à ses liens, les enquêteurs se rendent au magasin Géant Casino du centre commercial Côté Seine à Argenteuil. Sur les images enregistrées par les caméras de vidéosurveillance, ils repèrent deux hommes, dont l’adolescent suspecté, pénétrer dans l’hypermarché pour acheter des serflex la vieille des faits. La direction du magasin précise par ailleurs qu’elle n’a vendu que deux articles similaires au cours de l’année.

Une victime vulnérable

Les policiers apprennent, par ailleurs, que la femme de ménage du quinquagénaire séquestré n’est autre que la sœur de l’adolescent. Une demoiselle dont la victime, qui souffre de dépression, était tombée amoureuse. Ainsi, il lui arrivait parfois de lui verser plusieurs milliers d’euros pour l’aider. La jeune femme avait elle informé son frère de la vulnérabilité de l’homme pour mieux le dépouiller ? Les enquêteurs s’interrogent sans toutefois parvenir à établir un lien concret. Le 3 mai 2015, ils sont alertés pour une nouveau vol avec séquestration commis à l’encontre de l’habitant de la rue Pasteur. Là encore, l’Argenteuillais s’était fait voler son véhicule.
Les investigations s’étant poursuivies durant deux ans, l’adolescent a été reconvoqué le 16 mai dernier. Il est toutefois resté sur sa version initiale lors de sa présentation devant un juge des enfants.
95100 Argenteuil

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Pontoise - Mardi 30 mai 2017

Pontoise
Mar
30 / 05
22°/16°
vent 28km/h humidité 91%
Mer22°-11°
Jeu25°-14°
Ven27°-16°
Sam21°-14°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :