Saint-Ouen-l'Aumône Les migrants arriveront à la mi-juin

19/05/2017 à 18:24 par Jérôme Cavaretta

C'est sur un terrain de Liesse II promis à l'urbanisation que le centre d'hébergement d'urgence sera aménagé (visuel non contractuel).
C'est sur un terrain de Liesse II promis à l'urbanisation que le centre d'hébergement d'urgence sera aménagé (visuel non contractuel).

Il devait être opérationnel début mai. Le centre d’hébergement pour migrants aura un peu de retard sur le calendrier initial. Il devrait ouvrir à la mi-juin confie-t-on dans l’entourage du maire de Saint-Ouen-l’Aumône, Alain Richard (Ps). En cause : des travaux qui ont pris un peu plus de temps que prévu.

C’est sur un terrain de Liesse II promis à l’urbanisation que le centre d’hébergement d’urgence sera aménagé. Il accueillera 130 hommes originaires du Soudan, d’Afghanistan, du Pakistan et d’Érythrée dans des modulaires démontables en béton cellulaire posés sur une dalle. Tous les travaux et le fonctionnement du centre seront à la charge de l’État. Un projet qui répond à la demande de la préfecture du Val-d’Oise en quête de structures pour assurer la mise à l’abri des migrants échoués dans les campements de fortune parisiens.

En vertu de la convention tripartite signée en février entre la Ville, la préfecture du Val-d’Oise et l’association Adoma, qui encadrera sur place les migrants, l’hébergement sera régi par un règlement intérieur strict. Filtrage des entrées et des sorties, carte d’accès et surveillance permanente par deux agents de sécurité sont annoncés. La convention prévoit une période d’hébergement d’un an, voire de deux ans en cas de prolongation. « Ça devra dans ce cas faire l’objet d’un nouveau vote », avait assuré lors du conseil municipal de février dernier Alain Richard.

95310 Saint-Ouen-l'Aumône

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Pontoise - Mercredi 20 sept. 2017

Pontoise
Mer
20 / 09
17°/6°
vent 10km/h humidité 96%
Jeu19°-10°
Ven18°-10°
Sam19°-7°
Dim21°-9°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :