Herblay Discorde autour du nom d'Herblay-sur-Seine

Beaucoup sont contre, sur les réseaux sociaux, la proposition de changer le nom d'Herblay. Un élu socialiste monte aussi au créneau. Le maire pense que 80% des habitants sont pour.

18/05/2017 à 15:29 par Daniel Chollet

Selon Olivier Dalmont, le choix de rebaptiser Herblay en Herblay-sur-Seine mettrait en « danger l'unité de la ville et son identité ».
Selon Olivier Dalmont, le choix de rebaptiser Herblay en Herblay-sur-Seine mettrait en « danger l'unité de la ville et son identité ».

Pour ou contre Herblay-sur-Seine ? La proposition de changer le nom de la commune, annoncée fin janvier en conseil municipal par le maire, Philippe Rouleau (Lr), fait débat. Les habitants d’Herblay auront l’occasion de s’exprimer en septembre.

« La Ville ne s’est pas construite autour de la Seine, mais sur le plateau.»

En attendant, Olivier Dalmont, conseiller municipal socialiste d’opposition et conseiller communautaire de Val Parisis, part en campagne. Le professeur d’histoire-géo au lycée Montesquieu, veut « mener un combat » pour qu’Herblay conserve son nom. « Le nom d’Herblay-sur-Seine, cela mettrait en danger l’identité et l’unité de notre ville », affirme l’élu. « La Ville ne s’est pas construite autour de la Seine, mais sur le plateau. Ce n’est pas un hasard si Herblay ne s’est pas appelée Herblay-sur-Seine. Ce nouveau nom serait un facteur de division. Pour moi, c’est juste une opération de communication ». L’opposant, guère convaincu par les arguments de Philippe Rouleau, demande d’ailleurs à voir « la preuve historique que notre ville s’est bien appelée Erbelay-sur-Seine entre 1394 et 1598 ». De plus, Olivier Dalmont ne croit pas au coût dérisoire de la mesure.

Pour lui, au contraire, « cette mesure va engendrer des dépenses et des démarches supplémentaires pour la ville, ses habitants et les professionnels qui y travaillent. Par ailleurs, quand le maire précise que selon lui « ça peut être un atout de séduction (…) pour attirer des investisseurs et des promoteurs », il montre clairement qu’il s’agit d’une demande fondée sur des considérations d’ordre purement touristique ou/et économique, et qu’elle devrait donc être rejetée selon la direction générale des collectivités locales. »

Alors que le sujet provoque de vives réactions sur les réseaux sociaux (assez souvent hostiles il faut le reconnaître), il divise également les élus de gauche. Le conseiller municipal d’opposition Didier Amourette (Front de gauche) s’est dit également contre. Mais pour Sophie Darrigade, Nelly Léon (Ps) et Loeiz Rapinel, les collègues du groupe d’Olivier Dalmont, c’est un oui enthousiaste au changement de nom. « Certes, cela aura un coût, mais c’est sans compter les retombées touristiques et immobilières. Peu importe qu’Herblay ait déjà ou pas accolé « la Seine » à son nom, rien n’est immuable », affirment ces élus.

P. Rouleau : « Je prends le pari que 80% des habitants voteront pour »

Il a indiqué que s’il n’obtenait pas 60 % de oui, il abandonnerait le projet. Une faible prise de risque à ses yeux car Philippe Rouleau, maire (Lr) d’Herblay, se dit convaincu que son idée recevra l’assentiment de la population. « Je prends le pari que 80% des habitants voteront pour », assure l’élu, qui estime « absolument pas représentatifs » les nombreux avis (négatifs) exprimés sur les réseaux sociaux, jugés par lui comme « un défouloir ».

« Seuls deux élus sur trente-cinq expriment un avis contre au sein de la représentation municipale. Le comité des sages, qui sont divers politiquement, est unanimement pour. Trois élus sur quatre du principal groupe d’opposition sont pour. Difficile de faire mieux ! ».

L’élu promet que le coût sera faible. « Changer les panneaux d’entrée de ville, etc., oui, certes, cela aura un coût, mais tout cela se fera petit à petit. Quand j’ai changé le logo d’Herblay, ça n’a pas coûté cher. Quant aux particuliers ou professionnels, ils ne sont pas obligés de tout changer du jour au lendemain, ça se fera progressivement. Moi, je pense, qu’en terme d’image, d’attractivité du territoire, ça ne peut être que positif. La communication et le marketing, c’est mon métier. Herblay est associé à la Patte d’Oie alors que ce n’est pas que ça. Bien sûr, Herblay, ce n’est pas que la Seine. Nul ne l’ignore. La Frette, Carrières, ou encore Neuilly, qui tous ont le suffixe la Seine, non plus ! Herblay-sur-Seine, c’est juste rappeler que la Seine coule à Herblay. C’est donner une image plus juste d’Herblay. Notre ville n’a pas de nom composé, contrairement aux voisines : Montigny, La Frette, Cormeilles, Franconville. On peut donc se le permettre. Mais bon, je n’en fais pas toute une affaire.»

Quant aux arguments avancés par Olivier Dalmont, Philippe Rouleau avoue que « ça [le] fait rire. C’est lui qui divise. Presque tout le monde est d’accord. Il s’est trouvé un os à ronger ».

Tous les habitants pourront voter

Alors que certains reprochent au maire le coût probable de la mesure, Philippe Rouleau explique qu’il organisera un vote « à l’économie ». « Nous allons organiser ça sur un mois et demi, entre le 1er septembre et le 15 octobre. Les gens pourront voter en mairie. Il y aura peut-être plusieurs autres points de vote en ville. »

Toutes les personnes habitant Herblay (prévoir un justificatif de domicile) âgées de 18 ans et plus, sans obligation d’être inscrit sur les listes électorales, pourront voter. Il faudra répondre par oui ou par non à la nouvelle dénomination Herblay-sur-Seine. Si les Herblaysiens l’approuvent, le processus prendra encore plusieurs mois pour aboutir. Le maire table sur au moins 2 000 votants.

95220 Herblay

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Pontoise - Mardi 30 mai 2017

Pontoise
Mar
30 / 05
22°/16°
vent 28km/h humidité 91%
Mer22°-11°
Jeu25°-14°
Ven27°-16°
Sam21°-14°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :