Et si vous voyagiez… autrement

Glamping, wwoofing, vacances collaboratives, tourisme éthique… : il existe de nombreuses nouvelles formules pour voyager et découvrir le monde.

30/05/2017 à 17:58 par culture.echoregional

camping-sites-et-paysages-l-etang-de-la-fougeraie-nievre-.jpg

Chic et insolite : le glamping
La tendance qui conjugue glamour et camping offre aux adeptes du tourisme de plein air une immersion plus “select” dans la nature.
Aujourd’hui, la pratique du camping met un terme à certaines incommodités et contraintes qui engendraient quelques petits soucis pour les week-ends ou les vacances au vert. On peut désormais dormir au chaud et au sec lorsque la météo n’est pas clémente. Inutile aussi d’apporter ou d’installer sa tente voire même de débarquer avec tout le matériel de camping. C’est maintenant le concept du “prêt à camper” qui s’impose, où l’on ne sacrifie plus son confort et sa tranquillité d’esprit pour vivre des escapades dépaysantes au plus près de la nature.
Et il y en a pour tous les goûts. Le grand classique du genre est sans nul doute la cabane perchée dans les arbres. On peut aussi s’échapper de son quotidien avec les cabanes sur pilotis ou sur l’eau ou retomber en enfance et jouer aux cow-boys et aux Indiens en séjournant dans un tipi. Yourtes mongoles, roulottes de campagne, bulles transparentes au milieu des bois, tentes lodge ou tentes safari permettent également de vivre des expériences insolites dans des conditions confortables.
Le wwoofing, pour voyager bio
Partir à l’étranger, s’immerger dans une autre culture, rencontrer les habitants, et ce à moindres frais : le wwoofing* permet de partager le quotidien d’agriculteurs biologiques du monde entier. Créé en 1971, le mouvement a rapidement pris de l’ampleur. Aujourd’hui bien rodé, le système fonctionne sur le principe de l’adhésion. Moyennant une cotisation qui varie selon les pays (elle est de 15 euros en France), le bénévole reçoit un carnet d’adresses mondiales. Il peut alors contacter les fermiers directement et s’arranger avec eux sur la durée du séjour et les formalités nécessaires. En échange de leur main-d’œuvre, les volontaires sont nourris et logés.
Devant le succès de l’opération, le wwoofing s’est étendu à d’autres secteurs liés à l’environnement. Désormais, il est possible de participer à des chantiers d’éco-construction, des projets liés aux énergies renouvelables… L’aventure se niche à des endroits inattendus !
Renseignements : www.wwoof.fr – *world wide opportunities on organic farms

 Le tourisme éthique : une quête d’authenticité dans le respect  de la nature.
Le tourisme éthique : une quête d’authenticité dans le respect de la nature.

Tourisme éthique : voyager en accord avec ses valeurs
Partir en vacances tout en réduisant l’impact de son déplacement sur l’environnement, en favorisant les intérêts économiques et culturels locaux, c’est l’objectif du voyageur nouvelle génération.
Appelé “tourisme durable” ou “tourisme éthique”, ce concept ne cesse de prendre de l’ampleur depuis qu’il a émergé dans les consciences au début des années 1990. Ringardisant les clubs “all inclusive”, où le touriste ne croise l’autochtone que lorsque ce dernier le sert dans le restaurant du club, le voyageur éthique veut se mêler à la vie locale du pays qu’il visite et, loin des buffets à volonté, il évite la surconsommation pour goûter aux mets locaux.
Preuve d’un essor non négligeable, de plus en plus de voyagistes proposent des séjours durables, en choisissant des modes de transports doux ou en proposant des hôtels écologiques ou des hébergements chez l’habitant. La marche à pied, le vélo, le train ou, plus original, un périple à dos de chameau ou d’âne ne sont plus des incongruités sur le marché des vacances. De nombreux organismes ont inclus ce type d’offres dans leurs catalogues. De fait, les destinations proches ont connu un boom des fréquentations : les pays européens ou encore les îles Canaries, qui nécessitent moins de transport, sont sollicités.
Ces destinations moins lointaines s’expliquent aussi par le coût engagé pour des vacances durables. Loin des prix cassés affichés par les grands clubs qui affrètent des charters pour une destination, ici tout se paie à son juste prix. À budget constant, celui qui s’offre des vacances conventionnelles partira en moyenne deux fois plus longtemps que le touriste en quête d’éthique.
Toutefois, il existe un moyen de faire baisser la note : pour rencontrer la population locale, il est possible d’échanger son appartement ou de loger chez l’habitant. Quant aux activités à faire sur place pour découvrir les paysages et la culture, il existe toujours des associations désireuses de faire connaître leur ville à ceux qui la visitent. Préparer son voyage en amont est le meilleur moyen de dénicher ces bonnes adresses afin de s’offrir un voyage authentique, respectueux du pays et de ses habitants.
Contacts : Terres d’aventure, 0825 700 825 et www.terdav.com ; Vision du monde : 04 74 43 91 82 et www.visiondumonde.org ; La Balaguère : 05 62 97 46 46 et  www.labalaguere.com.
Échange de maisons : www.homelink.fr, www.trocmaison.com
APEI-Actualités. Marjolaine Koch et Marie-Sylvie Maufus

LES VACANCES COLLABORATIVES : La solution classique pour préparer ses vacances, c’est de miser sur le triptyque hôtel-restaurant-avion ou train. Mais d’autres options, plus économiques et conviviales, ont émergé ces dernières années.  
Certaines, comme la location d’appartements de particuliers, sont désormais répandues : les sites Homelidays, Airbnb ou encore Wimdu en sont les étendards. Mais d’autres initiatives viennent s’ajouter, et promettent de réaliser des économies substantielles sur la note parfois salée des vacances.
On connaissait la location ou l’échange de résidence, mais pourquoi pas avoir recours à ce type de service pour louer un camping-car moins cher ? Le site Yescapa met en lien les particuliers propriétaires et les vacanciers. Un millier d’annonces sont déjà référencées sur la France entière à des tarifs plus bas qu’un service de location traditionnel. Cette solution se répand sur tous les terrains puisque le même type d’offre existe pour les bateaux. Click and Boat, un site lui aussi récent (https://www.clickandboat.com/), référence près de 500 voiliers, bateaux à moteurs, semi-rigides, péniches ou jet-ski en France, dans les Antilles, en Italie ou en Grèce.

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Pontoise - Mercredi 20 sept. 2017

Pontoise
Mer
20 / 09
17°/6°
vent 10km/h humidité 96%
Jeu19°-10°
Ven18°-10°
Sam19°-7°
Dim21°-9°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :