Polémique autour de Mohamed Saou, responsable En Marche dans le Val-d'Oise

Mohamed Saou, responsable valdoisien de En Marche est au cœur d'une polémique suite à l'Émission politique diffusée la semaine dernière sur France 2.

12/04/2017 à 17:53 par Julien Ducouret

Mohamed Saou.
Mohamed Saou.

Alors que les soutiens de tous horizons s’accumulent, qu’Emmanuel Macron pointe toujours en tête des sondages dans le cadre du premier tour de la présidentielle, le mouvement En Marche ! connaît tout de même quelques bugs. Au moins dans le Val-d’Oise.

Au cœur de la polémique : Mohamed Saou, référent départemental d’En Marche dans le Val-d’Oise. Inconnu du grand public, son nom a été lâché au beau milieu d’un débat entre Emmanuel Macron et Barbara Lefebvre, professeur d’histoire-géographie, soutien de François Fillon( Lr), lors de l’Émission politique diffusée sur France 2 jeudi 5 avril. En cause ? Les accointances présumées du référent valdoisien avec le Collectif contre l’islamophobie en France et le Parti des indigènes de la République, des prises de position pour Recep Tayyip Erdogan, président controversé de Turquie, ou des réflexions aux relents complotistes. Défendu, au départ, par Emmanuel Macron sur le plateau de France 2, quelques heures plus tard Mohamed Saou était plus ou moins lâché par le mouvement En Marche. Les instances nationales lui demandant de « se mettre en retrait à quinze jours du premier tour ».

Dimanche 9 avril, sous la plume de son secrétaire général Richard Ferrand, le mouvement En Marche changeait quelque peu sa stratégie. « Il est hors de question de laisser M. Saou être cloué au pilori des réseaux sociaux (…) Pour autant, nous n’entendons pas non plus rester sourds aux interrogations légitimes qui ont pu naître chez certains (…) J’ai demandé à la commission d’éthique d’En Marche d’émettre un avis sur le fond des propos qui sont reprochés à M. Saou lorsqu’il n’était ni référent, ni même adhérent d’En Marche (…) M. Saou reste référent départemental d’En Marche pendant la durée des travaux de la commission, mais il a accepté de se mettre en retrait de ses fonctions. Il poursuivra la campagne sur le terrain aux côtés des milliers d’adhérents qu’il a très largement contribué à mobiliser. »

De l’art de ménager la chèvre et le choux.

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Pontoise - Samedi 29 avril 2017

Pontoise
Sam
29 / 04
17°/3°
vent 28km/h humidité 70%
Dim18°-6°
Lun13°-6°
Mar15°-4°
Mer15°-6°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :