Cergy Ces socialistes qui voteront Emmanuel Macron

Convaincus que Benoît Hamon conduit la gauche au naufrage, ils ont choisi Emmanuel Macron. Le charmeur favori des sondages plutôt que le frondeur honni.

07/04/2017 à 08:43 par Jérôme Cavaretta

Dominique Lefebvre et Elvira Jaouën sont en marche. Ils voteront Emmanuelle Macron dès le premier tour de la présidentielle. Et invitent tous les électeurs qui veulent barrer la route au Fn et à la droite à suivre le mouvement. -
Dominique Lefebvre et Elvira Jaouën sont en marche. Ils voteront Emmanuelle Macron dès le premier tour de la présidentielle. Et invitent tous les électeurs qui veulent barrer la route au Fn et à la droite à suivre le mouvement. -

Trahison? Opportunisme ? Ou realpolitik ? À Cergy-Pontoise, comme ailleurs, les socialistes séduits par le vote Macron ne se cachent plus. Vendredi 31 mars, Dominique Lefebvre, patron Ps de l’agglo cergypontaine et Elvira Jaouën, maire Ps de Courdimanche, ont réuni autour d’eux celles et ceux qui ont choisi ou sont tentés de se mettre en marche pour porter jusqu’à l’Élysée Emmanuel Macron. Désormais, le député de la 10e circonscription, Dominique Lefebvre, et sa suppléante, Elvira Jaouën ne jurent plus que par l’ancien ministre de l’Économie, favori des sondages.

Hamon, capitaine abandonné

Tout le contraire de Benoît Hamon, capitaine abandonné d’un Ps en pleine tempête. Convaincus que le député des Yvelines conduit la gauche au naufrage, ces socialistes de l’agglo voteront Macron à la présidentielle dès le premier tour. Préférant le charmeur au frondeur. On peut avoir remporté haut la main une primaire de la gauche synonyme de légitimité et assister, impuissant, au sabordage organisé du navire socialiste. L’option Macron, Dominique Lefebvre et consorts l’assument. Pleinement. Pas question de couler avec le champion du peuple de gauche. Et de prendre le risque de laisser Marine Le Pen accéder au pouvoir suprême. Et ça, seul Emmanuel Macron serait en mesure d’y parvenir, selon le président de l’agglomération de Cergy-Pontoise.

« Il y a une montée du populisme en France qui n’est pas nouvelle. Mais, je ne vois pas un tel danger extrémiste depuis les années 30, juge le député qui se revendique plus que jamais socialiste. Face à ce danger, quelles sont les solutions ? Fillon, qui porte un projet de rupture brutal et est empêtré dans les affaires, n’incarne pas la droite républicaine. Le candidat du Ps ne peut plus prétendre être au second tour. Il n’est pas en situation d’être un rempart contre une extrême droite aux portes du pouvoir et François Fillon ». « Ce n’est pas facile aujourd’hui de prendre position avec les noms d’oiseaux qui volent mais il y a un vrai danger face à ce vote Fn qui s’est banalisé », appuie Elvira Jaouën.

Rempart au Fn

Pour contrer la menace Front national, Dominique Lefebvre et Elvira Jaouën ont choisi de « prendre leurs responsabilites ». En votant et en appelant à voter Macron. « C’est un démocrate, un républicain, un progressiste. On peut ne pas être d’accord avec tout, mais on peut être d’accord avec un esprit, une vision, dit de lui Dominique Lefebvre. D’ici le 23 avril, je ferai tout pour qu’un maximum d’électeurs fassent ce choix, un choix d’avenir. » Les possibles sanctions du Ps à l’encontre des socialistes pro-Macron ne l’arrêteront pas. Dominique Lefebvre n’en a cure. « Je ne demande rien. Le Ps prendra ses responsabilités et le mouvement En Marche les siennes. Je laisse mes collègues qui ne s’expriment pas à leurs responsabilités. Pour moi, le déshonneur, ce serait de voter Fillon contre Le Pen au second tour et d’avoir Le Pen présidente. C’est parce que je suis socialiste que je fais ce choix. Ce qui importe, c’est l’intérêt général. Il ne faut pas s’égarer dans une politique du pire au nom d’une logique partisane. »

Qu’adviendra-t-il de ces socialistes macronistes ? Seront-ils les fossoyeurs d’un parti à la rose au bord de l’implosion ? Ou les avant-gardistes d’un nouveau Ps ? L’histoire le dira. « L’avenir du Ps, c’est une question. Elle sera traitée en son temps. La priorité, c’est de faire barrage à l’extrême droite et à la droite », assure Dominique Lefebvre.

Virginie Tinland cogne
Le soutien de Dominique Lefebvre fait déjà jaser. Première à tirer : Virginie Tinland, conseillère départementale Lr de Cergy 1 et adversaire déclarée du député Ps sortant aux législatives de juin sur la 10e circonscription. « Que penser de Dominique Lefebvre qui renie sans scrupule sa famille politique à moins d’un mois du premier tour de la présidentielle ? Ce triste épisode nous éclaire sur la solidité des convictions du désormais (ex ?) candidat socialiste aux législatives. Par ailleurs, le premier secrétaire du Ps ayant prévenu que les députés socialistes soutenant Emmanuel Macron se verraient retirer leur investiture, qu’en est-il de celle de Dominique Lefebvre ? Les électeurs, qui doivent juger le bilan du député sortant, méritent cette clarification. Les Français en général et les habitants de la 10e circonscription du Val-d’Oise en particulier méritent mieux que ces retournements de veste opportunistes. En tant que candidate aux élections législatives, soutenue par la droite et le centre, je dénonce les postures et les impostures de Dominique Lefebvre, qui illustrent tout ce dont les Français ne veulent plus en politique. »


95000 Cergy

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Pontoise - Samedi 29 avril 2017

Pontoise
Sam
29 / 04
17°/3°
vent 28km/h humidité 70%
Dim18°-6°
Lun13°-6°
Mar15°-4°
Mer15°-6°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :