Pontoise Squat rue des Maréchaux à Pontoise : 2 000 signatures pour la pétition des étudiants

11/01/2017 à 11:29 par Julien Ducouret

La pétition lancée sur Internet a recueilli 2 000 signatures. -
La pétition lancée sur Internet a recueilli 2 000 signatures. -

Des étudiants pauvres qui squattent un ancien couvent et qui sont menacés d’expulsion ont lancé une pétition. Ce collectif d’artistes et d’étudiants de l’École d’arts de Cergy réside depuis le 16 septembre dernier au 37, rue des Maréchaux à Pontoise, anciennement annexe du service psychiatrique de l’hôpital René-Dubos. Sans logement et en situation d’urgence, ils ont trouvé refuge à cette adresse.

« En période de pénurie de logement, ce bâtiment aux grandes capacités d’accueil était laissé à l’abandon depuis six ans et quand nous sommes arrivés nous l’avons trouvé dégradé, pillé, abîmé. Avec l’investissement de chacun, nous avons nettoyé et réhabilité l’ancien hôpital. Désormais nous sommes une dizaine à y loger et nous avons initié des activités artistiques, notamment avec les habitants du quartier et ses environs. Ce lieu est un espace d’expériences, propice aux rencontres et aux partages par le biais de l’art », explique Naïma Héraud.

Aujourd’hui menacés d’expulsion, les étudiants ont lancé une pétition sur internet qui a recueilli plus de 2 000 signatures. Il est également possible de signer la pétition sur le site. Association du H, le Centre au 37, rue des Maréchaux.

95000 Pontoise

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Pontoise - Lundi 29 mai 2017

Pontoise
Lun
29 / 05
26°/19°
vent 18km/h humidité 71%
Mar21°-15°
Mer22°-11°
Jeu24°-13°
Ven27°-15°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :