Primaire : les soutiens de Valls entrent dans la danse

Aujourd'hui, jeudi 5 janvier, les soutiens de Manuel Valls ont officiellement lancé leur campagne dans le cadre de la primaire de la gauche.

05/01/2017 à 19:04 par Julien Ducouret

De gauche à droite : Alain Richard, Jean-Paul Jeandon, Jean-Pierre Muller, Philippe Doucet, Dominique Gillot et Luc Broussy. -
De gauche à droite : Alain Richard, Jean-Paul Jeandon, Jean-Pierre Muller, Philippe Doucet, Dominique Gillot et Luc Broussy. -

Députés, sénateurs, conseillers départementaux, maires… Le candidat Manuel Valls peut s’appuyer sur des soutiens de poids dans le Val-d’Oise dans le cadre de la primaire citoyenne de la gauche qui se tiendra les 22 et 29 janvier.

Outre, le programme basé « sur une république forte et une France juste », « une posture internationale, une crédibilité », l’ancien Premier ministre peut compter sur l’amitié de ces soutiens estampillés 95. « On l’a vu grandir », lance Dominique Gillot, sénatrice (Ps) et ancienne maire d’Eragny.

Campagne express

En effet, Manuel Valls a commencé sa carrière politique chez nous. Comme adjoint au maire à Argenteuil et premier secrétaire fédéral du 95 de 1989 à 1999. « Ici, on le connaît bien. On a partagé beaucoup de choses », reconnaît Philippe Doucet, député (Ps) et porte-parole du candidat pour cette campagne des primaires.

Une campagne express d’à peine trois semaines. « Mais comme il l’a toujours fait, Manuel va s’appuyer sur les élus de terrains, les réseaux et relais locaux » , précise Nicolas Bougeard, conseiller départemental du canton d’Argenteuil 3. Cafés-débats à Cergy, distribution de tracts à Argenteuil ou Magny-en-Vexin, porte-à-porte à Goussainville ou Gonesse : les troupes du candidat Valls sont en ordre de marche.

« Il y a deux enjeux majeurs : attirer un grand nombre d’électeurs durant la primaire, et que Manuel sorte vainqueur et grandi de cette première étape », estime Jean-Pierre Muller, patron du groupe d’opposition au Conseil départemantal et qui avait succédé à Manuel Valls à la tête de la Fédération valdoisienne du Ps le 4 octobre 1999.

Pour tous ses soutiens valdoisiens, Manuel Valls est le seul rempart à un nouveau 21 avril 2002 pour éviter « la catastrophe d’un second tour Fillon – Le Pen ».

Rassembleur

« Il est le seul en mesure de rassembler le peuple de gauche lors de la Présidentielle. Le procès qui lui est fait sur le fait qu’il incarnerait l’aile droite du Ps est complètement faux. Manuel, on le connaît depuis longtemps, ses convictions aussi », précise le sénateur-maire (Ps) de Saint-Ouen-l’Aumône Alain Richard. « Manuel, c’est tout sauf ça. Il est fortement attaché aux valeurs de gauche, de justice sociale notamment », renchérit Luc Broussy, ancien conseiller général et secrétaire national adjoint aux personnes âgées au Parti socialiste.

Julien DUCOURET

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Pontoise - Vendredi 28 juil. 2017

Pontoise
Ven
28 / 07
22°/15°
vent 28km/h humidité 81%
Sam25°-16°
Dim22°-18°
Lun23°-15°
Mar25°-15°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :