Les prochaines élections sénatoriales créent des bisbilles au sein du Ps Val-d'Oise

Le vote des adhérents Ps pour les candidats aux sénatoriales (septembre 2017), qui devait avoir lieu jeudi 8 décembre, a été reporté, le temps de rassembler, selon Rachid Temal.

15/12/2016 à 12:55 par Daniel Chollet

Rachid Temal, Premier fédéral, conseiller régional, élu d'opposition à Taverny et secrétaire national du Ps à la coordination et à l'organisation.
Rachid Temal, Premier fédéral, conseiller régional, élu d'opposition à Taverny et secrétaire national du Ps à la coordination et à l'organisation.

Les ténors nationaux du Ps n’ont pas le monopole des chicayas. Au niveau local, on n’est pas en reste.

Ainsi, en Val-d’Oise, on se chamaille à propos des futures élections sénatoriales, qui auront lieu le dimanche 24 septembre 2017. Alors que les adhérents votaient dans leurs sections respectives, jeudi 8 décembre, pour choisir leurs candidats aux législatives des 11 et 18 juin 2017 (des candidatures qui seront avalisées lors d’une convention nationale du Ps, samedi prochain), ils étaient censés voter aussi pour leurs candidats à la Haute Assemblée, dont les sortants valdoisiens, à gauche, sont Alain Richard (Ps), Dominique Gillot (Ps) et Robert Hue (Mouvement des progressistes).

Mais le vote a été reporté. Et certains accusent le Premier fédéral du Ps Val-d’Oise, Rachid Temal, d’avoir agi par « tactique ». Celle-ci n’aurait « qu’une seule raison : constatant qu’il ne trouverait aucune majorité chez les militants sur son nom pour être tête de liste aux sénatoriales, [Rachid Temal] préfère empêcher le vote. Nous nous opposons à ce refus du débat et défendons le droit des militants de choisir démocratiquement leurs candidats à ces élections. Il est évident que dans le combat avec la droite, qui va faire campagne dans les 185 communes dès le début 2017, le retard à choisir nos candidats est une erreur grave ».

Rachid Temal : « On veut me traîner dans la boue »

Les signataires du courrier : Philippe Doucet (député d’Argenteuil-Bezons), Jean-Paul Jeandon (maire de Cergy), Jean-Louis Marsac (maire de Villiers-le-Bel), Jean-Pierre Muller (maire de Magny-en-Vexin), François Pupponi (député-maire de Sarcellles), Alain Richard (sénateur-maire de Saint-Ouen-l’Aumône), Didier Vaillant (ancien maire de Villiers-le-Bel).

Rachid Temal, de son côté, condamne une « manoeuvre d’appareil, qui n’a aucun sens. Comme dans beaucoup d’autres fédérations de France, la moitié de celles d’Île-de-France, ce vote a été reporté pour des raisons politiques, comme l’autorisait le bureau national, afin qu’on se donne le temps de rassembler la famille socialiste et nos partenaires divers gauche. J’agis pour le collectif et l’intérêt général ».

Le secrétaire national du Ps à la coordination et l’organisation, co-organisateur des primaires citoyennes de la Belle Alliance populaire, dénonce « la tentative de quelques barons d’imposer leurs choix. Cette décision respecte nos statuts. Certains signataires, eux, ne sont pas à jour de leurs cotisations. On veut me traîner dans la boue. Moi, je suis serein. Nous terminons le processus des législatives. Viendra le temps du vote pour les sénatoriales. »

Le patron du Ps 95 reconnaît néanmoins avoir été « sollicité par Alain Richard et Dominique Gillot pour être leur tête de liste ». Mais il dit ne pas avoir donné de réponse. « Je n’ai jamais dit que j’étais candidat, je ne suis pas là-dedans actuellement », affirme l’élu de Taverny.

En attendant que le boss donne sa réponse, les « barons » valdoisiens demandent qu’un calendrier « soit fixé très rapidement par la direction nationale » pour désigner les candidats aux sénatoriales.

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Pontoise - Lundi 29 mai 2017

Pontoise
Lun
29 / 05
26°/19°
vent 18km/h humidité 71%
Mar21°-15°
Mer22°-11°
Jeu24°-13°
Ven27°-15°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :