Pontoise Ligue des Champions : l'As Pontoise-Cergy s'envole vers les quarts de finale

Malgré sa défaite face à Ekaterinbourg, le club pontoisien se retrouve une nouvelle fois dans le Top 8 européen de la prestigieuse compétition.

07/12/2016 à 12:03 par maxime.laffiac

L’As Pontoise-Cergy a perdu son premier match de la saison dans la compétition, après quatre victoires de rang.
L’As Pontoise-Cergy a perdu son premier match de la saison dans la compétition, après quatre victoires de rang.

Une défaite sans conséquence. Vendredi 2 décembre, l’As Pontoise-Cergy tennis de table a acquis sa qualification pour les quarts de finale en Ligue des Champions, malgré son revers en terre russe face à Ekaterinbourg (3-1). L’équipe coachée par Christian Adam reste leader de son groupe avec un point d’avance sur leur adversaire du soir, et un meilleur set-average (19-16). « Le contexte était difficile, d’autant qu’on avait joué face à La Romagne en championnat quelques jours auparavant (lire article ci-dessous). Notre principal objectif était de remporter le plus de sets possibles. Le contrat est rempli », explique Christian Adam.

Freitas frêle

Après sa victoire 3-2 face à Eslöv il y a dix jours, les Préfectoraux étaient déjà assurés d’une place dans le Top 8 européen, avant leur déplacement dans l’Oural. Remplaçant au pied levé le joueur français Tristan Flore, blessé, l’international italien d’origine bulgare, Niagol Stoyanov, débutait la soirée face au n° 34 mondial, Alexander Shibaev. Malgré sa bonne prestation, le Pontoisien n’arrivait jamais à tuer le match, et laissait échapper les deux premières manches (12-10, 12-10). Malgré un troisième set remporté aux forceps, Niagol Stoyanov cédait dans le quatrième acte (défaite 3-1). « Malgré sa défaite, Niagol a fait un super match. Il ne lui manquait pas grand-chose pour l’emporter, face à un adversaire costaud », analyse le coach. Pour le deuxième match, Christian Adam lançait Marcos Freitas face à Andrej Gacina. La tâche s’annonçait difficile pour le Lusitanien, diminué ces derniers jours à cause d’une grippe. Après un premier set perdu, le Pontoisien remportait les deux manches suivantes, avant de laisser son adversaire revenir à égalité.

Leaders

C’est finalement Marcos Freitas qui s’arrachait pour donner un point à l’As Pontoise-Cergy, après avoir sauvé deux balles de match (victoire 3-2). « Même quand il n’est pas en forme, Marcos assure », constate Christian Adam. Au retour des vestiaires, l’international suédois Mattias Karlsson défiait le n° 65 mondial, Grigory Vlasov. Pourtant performant ces dernières semaines, le Pontoisien n’arrivait pas à forcer le verrou russe, malgré une rencontre disputée (défaite 3-2)… et critiquée par Christian Adam. « On a assisté à un match gag. Le joueur russe a tenté par tous les moyens de gagner du temps, quand Mattias était en position de force. C’est un peu pitoyable… au niveau professionnel, je n’avais pas vu ça depuis quinze ans ! », déplore-t-il. Pour la quatrième rencontre, Marcos Freitas était opposé à Alexander Shibaev, qu’il avait battu facilement à l’aller. Un match sans enjeu, puisque les Pontoisiens étaient assurés de terminer premiers de leur groupe. Malgré un début de match en faveur du Portugais (11-9), ce dernier était trop diminué pour espérer remporter son deuxième match (défaite 3-2). Au classement, l’As Pontoise-Cergy reste leader devant Ekaterinbourg. Prochain match pour le plaisir, à domicile face à l’Olimpia Grudziaz le 16 décembre.

95300 Pontoise

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Pontoise - Mercredi 22 févr. 2017

Pontoise
Mer
22 / 02
11°/8°
vent 57km/h humidité 77%
Jeu10°-7°
Ven8°-3°
Sam11°-2°
Dim11°-7°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :