Deuil-la-Barre Des agents de la mairie en grève

Ils ont manifesté ce jeudi, contre la fermeture annoncée de la crèche familiale et les licenciements de 21 assistantes maternelles.

13/10/2016 à 13:00 par fabrice.cahen

 -
-

La fermeture de la crèche familiale et le licenciement de 21 assistantes maternelles ont été le point de départ de la grève de 150 agents municipaux de la ville de Deuil-la-Barre jeudi 13 octobre. D’autres raisons du rassemblement étaient aussi évoquées. Dans le cadre des Nap (nouvelle activité périscolaire) « Le taux d’encadrement des enfants est passé d’un animateur pour douze enfants de primaire et d’un animateur pour quatorze à dix-huit enfants de maternelle », assure Farid Hadboun, secrétaire général Cgt. « Les agents de services restauration et entretien travaillent dans les mêmes conditions avec un criant manque de personnel. » La situation des Atsem, des reclassements et des licenciements à la maison de la Réussite éducative, une baisse de salaires de gardiens, les régimes indemnitaires, des dégradations de conditions de travail mais aussi la conformité pour les personnes à mobilité réduite à l’école de musique, ont aussi été des thèmes évoqués dans le cortège partit du parvis de la mairie. « Des agents souffrent de la réorganisation des différents services », rappelle le syndicat. Les représentants syndicaux ont été reçus en mairie, à l’issue de la manifestation.

A lire également dans l’édition kiosque parue mercredi 12 octobre.

95170 Deuil-la-Barre

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Pontoise - Mercredi 23 août 2017

Pontoise
Mer
23 / 08
26°/16°
vent 10km/h humidité 89%
Jeu23°-13°
Ven25°-14°
Sam27°-17°
Dim23°-17°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :