Argenteuil La cité Champagne sous tension

Locataires et syndicalistes dénoncent un "marquage du territoire" par les délinquants.

17/07/2015 à 16:47 par Administrateur

Vendredi 3 juillet avait lieu un rassemblement au pied de la cité.
Vendredi 3 juillet avait lieu un rassemblement au pied de la cité.
«Trop, c’est trop». La colère monte à Champagne. Vendredi 3 juillet, 60 à 80 personnes, élus, locataires, syndicalistes, se sont réunis au pied de la cité, pour manifester leur colère et leur solidarité avec les gardiens.

Champagne, c’est une cité de 280 logements, sur les hauteurs de la ville, gérée par Ab-Habitat. La Cgt, organisatrice du rassemblement, dénonce une «volonté de “marquage de territoire” par les délinquants, qui refusent que l’on vienne déranger leurs trafics».

Si le climat, reconnaît le syndicat, est «depuis longtemps très difficile», celui-ci se serait nettement dégradé.

Selon la Cgt, les gardiens sont régulièrement pris pour cible par certains jeunes : insultes, provocations ou encore jets de projectiles seraient devenus monnaie courante. C’est aussi une responsable de l’association des locataires qui aurait été «molestée et rouée de coups», ainsi que des dirigeants du bailleur, «pris à partie, menacés, insultés».

Plusieurs plaintes ont été déposées au commissariat de police. Les gardiens, eux, sont à bout et font appel à leur “droit de retrait”.

Selon Abdenour, l’un d’eux, «une vingtaine de jeunes se réunissent tous les jours et laissent libre cours à leurs envies» : barbecue au cœur de la cité, occasionnant des nuisances, regroupement improvisé sur le toit de l’immeuble pour piquer une tête dans une piscine gonflable… remplie à l’aide du système incendie.

Des activités qui seraient devenues banales dans le quartier. La manifestation a rassemblé de nombreux élus, dont le maire, Georges Mothron (Lr), le député (Ps) Philippe Doucet ainsi que Dominique Lesparre (Pc), président d’Ab-Habitat. «Ces jeunes doivent respecter les lois de la République», a lancé ce dernier. «Le problème ici, ce n’est pas la vente de drogue, ce sont les actes de violence et les dégradations», estime Philippe Rêve, directeur d’Ab-Habitat. Les locataires, assez peu présents, en ont profité pour réclamer des aménagements au bailleur, afin d’améliorer les conditions de vie de tous : installation d’une aire de jeux pour les enfants, rénovation de certaines parties du bâtiment, réouverture de commerces de proximité…

La Cgt, elle, demande le renforcement de la présence de services publics, de forces de maintien de l’ordre et aussi «l’amélioration de la cohérence entre les actions respectives des divers acteurs institutionnels (police, justice, ville)».

Gaëtan ROUSSEAU

Argenteuil, 95

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Pontoise - Samedi 29 avril 2017

Pontoise
Sam
29 / 04
17°/3°
vent 28km/h humidité 70%
Dim18°-6°
Lun13°-6°
Mar15°-4°
Mer15°-6°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :