»
Législatives 2017
Tous les résultats dans votre commune et votre circonscription.

Argenteuil Un projet de 21 logements dans le collimateur

Dans le quartier de la Colonie, les riverains dénoncent un permis de construire.

27/04/2015 à 17:09 par Daniel Chollet

Les riverains s’inquiètent d’un programme immobilier rue des Bûchettes.
Les riverains s’inquiètent d’un programme immobilier rue des Bûchettes.

C’est la mobilisation dans le quartier de la Colonie, contre un projet immobilier au 5, rue des Bûchettes.

Pétition, blog, courriers aux élus, recours gracieux : les riverains tentent de faire annuler le permis de construire de vingt et un logements (en deux bâtiments de neuf mètres de haut) en lieu et place de cette «très belle maison de maître».

Dans une lettre adressée il y a quelques semaines au maire, Georges Mothron (Ump), l’association Tam Tam Colonie met en avant le patrimoine argenteuillais dont cette maison serait «une pièce maîtresse».

Ils estiment que ces deux «petits collectifs», en milieu d’îlot, va créer «une gêne considérable pour l’ensemble des riverains», évoquant la privation de lumière pour des voisins. «Un vis-à-vis direct va également être créé sur l’intérieur et l’extérieur de plusieurs autres maisons».

Ce motif est aussi soulevé par l’association Eva (Environnement et cadre de vie à Argenteuil). Tam Tam Colonie estime d’ailleurs que les programmes immobiliers «bien trop nombreux dans le quartier» contribuent à «asphyxier» le quartier. Ils estiment que le parking souterrain de 24 places prévu dans le projet risque d’être insuffisant, augmentant le nombre de voitures en surface et le problème de stationnement, qui existe déjà dans ce quartier «enclavé». Les habitants admettent aussi que le projet «semble qualitatif» et comprennent «le souhait tout à fait légitime du propriétaire de vendre».

Permis conforme

De son côté, la municipalité reconnaît avoir peu de moyen d’annuler ce permis, accepté de manière tacite. «On est en train d’étudier le recours gracieux», explique Gilles Savry, adjoint au maire délégué à l’urbanisme, qui doit aussi veiller à faire respecter «le droit de construire et à ne pas spolier les gens».

«Le permis est a priori conforme et il y a peu de possibilité de s’y opposer, même si cela ne correspond pas à notre vision de l’urbanisme. Ce n’est pas un programme désastreux non plus. Ce sont vingt et un logements, pas des centaines. Et le quartier n’est pas que pavillonnaire. Cela dit, avec notre Plan local d’urbanisme de 2007, ce projet n’aurait pas été possible. On ne pouvait pas construire en arrière, uniquement en front de rue. Mais notre Plu a été modifié par l’ancienne majorité. Et aujourd’hui, on est obligés de le respecter, même si nous l’avons attaqué au tribunal administratif quand nous étions dans l’opposition».

Seul espoir pour les riverains donc, que le Plu soit annulé, ou qu’un recours en contentieux au tribunal administratif aboutisse.

Argenteuil, 95

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Pontoise - Mercredi 28 juin 2017

Pontoise
Mer
28 / 06
23°/16°
vent 28km/h humidité 62%
Jeu20°-13°
Ven20°-13°
Sam19°-13°
Dim21°-12°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :