Génicourt L’église a été incendiée : une enquête est en cours

Dans la soirée du samedi 23 novembre, vers 20h30, un ou des individus ont incendié l’autel et les fonds baptismaux datant Xve siècle de l’église de Génicourt.

28/11/2014 à 18:48 par Joseph CANU

Photo Olivier Sureau.

Photo Olivier Sureau.

Dans la soirée du samedi 23 novembre, vers 20h30, un ou des individus ont incendié l’autel et les fonds baptismaux datant XVe siècle de l’église de Génicourt, dont les cloches se sont mises à sonner lorsque l’installation électrique a également été touchée.
Si l’incendie a été maîtrisé par les pompiers, la gendarmerie de Marines dirige actuellement une enquête afin d’identifier les auteurs du délit, après la plainte contre x déposée par Annie Poucet, le maire de Génicourt, dès le lendemain des faits. «Il y avait des traces d’effractions», confie cette dernière. Devant l’étendue des dégâts, même si les experts ne les ont pas encore chiffrés, l’élue ne décolère pas.

«La pierre et les vitraux ont littéralement explosé, le cœur de l’église et tout le système électrique sont irrécupérables. Les 60 000 euros de travaux que nous avions engagés pour l’édifice communal depuis 15 jours sont entièrement à refaire !», regrette Annie Poucet qui «espère rapidement pouvoir demander des explications aux auteurs de cet incendie criminels.»

La galerie photo d’Olivier Sureau :

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Génicourt, 95

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Pontoise - Lundi 21 août 2017

Pontoise
Lun
21 / 08
22°/16°
vent 18km/h humidité 66%
Mar27°-16°
Mer26°-16°
Jeu24°-14°
Ven23°-13°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :