»
Législatives 2017
Tous les résultats dans votre commune et votre circonscription.

Argenteuil Un conseil municipal extraordinaire à Argenteuil sur l'adhésion de la ville à l'agglo Seine-Défense (92)

Conseil municipal ce jeudi à 19h. Deux points seulement à l'ordre du jour : l'adhésion à l'agglomération Seine-Défense (92) et la répartition de l'actif et du passif de la Caab.

15/10/2014 à 18:33 par Daniel Chollet

Georges Mothron aux côtés de Philippe Métézeau (à droite) face à la majorité, lors du conseil communautaire du 6 octobre.
Georges Mothron aux côtés de Philippe Métézeau (à droite) face à la majorité, lors du conseil communautaire du 6 octobre.
Bye bye le 9-5, boujour le 9-2. Une nouvelle étape dans le processus de dissolution de l’agglomération d’Argenteuil-Bezons devrait être franchie demain soir. Le conseil municipal doit en effet voter jeudi l’adhésion d’Argenteuil à la communauté d’agglomération Seine-Défense (Hauts-de-Seine), actuellement constituée de Puteaux et Courbevoie, soit environ 133 000 habitants.

Le devenir de l’agglomération d’Argenteuil-Bezons, un sujet d’actualité chaud bouillant. Le premier acte a eu lieu le 18 juillet dernier, quand Argenteuil a voté sa sortie de la CAAB, et signifié vouloir rejoindre la Métropole du Grand Paris au 1er janvier 2016. Un choix annoncé par le maire, Georges Mothron (UMP), au lendemain d’élections municipales, dont les résultats, à Bezons, ont permis à la gauche de rester majoritaire et à Philippe Doucet (PS) de conserver sa présidence malgré son échec à Argenteuil.

Georges Mothron, maire (UMP) d’Argenteuil : «Il faut sortir l’agglo de ce management»

Argenteuil a lancé le processus, mais il faudra un arrêt du Conseil d’État pour dissoudre l’agglo. Quant à l’opposition, elle va user de tous les leviers juridiques à sa disposition pour casser cette décision, à commencer par un recours au tribunal administratif. En attendant la Métropole du Grand Paris, Argenteuil compte rejoindre en 2015 l’agglomération Seine-Défense. L’affaire continue de faire polémique. La majorité, au conseil communautaire, a rendu un avis défavorable à cette dissolution, après un vif débat.

Philippe Doucet, député (PS) et ancien maire d’Argenteuil : «C’est un saut dans l’inconnu pour Argenteuil»

«Cette décision, a lancé Philippe Doucet (Ps), qui nous engage pour les cinquante prochaines années, a fait l’objet d’une délibération de dix lignes en conseil municipal, où on ne voit aucune analyse stratégique, ni financière. Vous avez dit, si Doucet présente sa démission, je retire la délibération, est-ce que c’est sérieux?». Dominique Lesparre (Pcf), vice-président de la Caab, conseiller général et maire de Bezons, s’est carrément dit «scandalisé». Cette dissolution obligerait Bezons, n’ayant plus de frontière avec le Val-d’Oise, à rejoindre soit la Métropole du Grand Paris, ce dont le maire ne veut pas, soit les Yvelines.

Georges Mothron l’a répété : ce qui le motive, c’est la façon dont l’agglo est gérée.

«On a eu à gérer à Argenteuil un héritage, des découvertes de folie. L’agglomération est partie dans les mêmes dérives au niveau des dépenses de fonctionnement. Il ne s’agit pas du tout d’un règlement de compte. On veut sortir l’agglo de ce management et retrouver des méthodes de gestion, des possibilités de développement pour les Argenteuillais à court terme.»

Alors que selon Philippe Doucet, Georges Mothron s’apprête à faire faire à la commune «un saut dans l’inconnu», pour Philippe Métézeau, (Rad-Udi), adjoint au maire d’Argenteuil et conseiller général, la gauche ne voit pas «ce que nos villes, ignorées par la petite couronne, auraient à gagner». Deux visions inconciliables : ce ne sera pas un divorce à l’amiable !

Argenteuil évoqué lors du conseil communautaire de Seine-Défense

Un “écho” paru le 24 septembre dans le magazine “L’Express”, affirmait qu’Éric Cesari, président (UMP) de la communauté d’agglomération Seine-Défense (Courbevoie et Puteaux) «devrait annoncer dans les prochaines semaines» l’extension de Seine-Défense. «Elle accueillerait Villeneuve-la-Garenne, Bois-Colombes, Argenteuil et Colombes, soit 354 000 habitants».

La perspective qu’Argenteuil arrive dans cette agglomération inquiète déjà certains élus locaux. Éric Cesari a été questionné à ce sujet lors du dernier conseil communautaire de Seine-Défense, le 10 octobre, notamment sur «la dette d’Argenteuil, 80 millions d’euros, qui reviendrait à la charge de la nouvelle collectivité en cas d’alliance. Vous qui êtes si attentif à ce que nous ne fassions pas de dette…»

Éric Cesari a répondu que s’agissant d’Argenteuil, «il ne peut y avoir de démarche avant [qu’elle] ne soit sortie de sa communauté actuelle (…) Pour l’instant nous sommes engagés dans des discussions. Il n’y a de prise de position définitive de la part de personne». Concernant la dette, «il y a des mécanismes prévus par les textes pour limiter les impacts financiers». Alors que certains à Seine-Défense verraient plutôt cette agglo se tourner vers «son territoire naturel : Nanterre, La Garenne-Colombes, Suresnes, Rueil-Malmaison et pourquoi pas Neuilly», Éric Cesari a plaidé pour arrimer son territoire à Colombes, Bois-Colombes ainsi que Genneviliers, une «démarche qui est celle du développement économique. Le bassin de vie et de développement est de ce côté-là, vers la boucle nord».

Argenteuil, 95

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Pontoise - Mercredi 28 juin 2017

Pontoise
Mer
28 / 06
23°/16°
vent 28km/h humidité 62%
Jeu20°-13°
Ven20°-13°
Sam19°-13°
Dim21°-12°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :