Dossier : la faune sauvage du Val d'Oise

Côté Val d'Oise vous propose un tour d'horizon de l'ensemble des espèces animales, autres que nos habituels animaux de compagnie, présentes sur le territoire du Val d'Oise.

09/10/2013 à 06:04 par Joseph CANU

Eh oui, le renard fait des incursions en ville. (Sarah Jorand - Fotolia.com)
Eh oui, le renard fait des incursions en ville. (Sarah Jorand - Fotolia.com)

Le Val d’Oise possède une réserve naturelle nationale, les coteaux de la Seine, et deux parcs naturels régionaux, celui du Vexin français et celui de l’Oise-Pays de France.

37 espèces protégées

Ce dernier regroupe les trois-quarts des espèces de mammifères et de reptiles d’Ile-de-France et parmi elles, 37 citées dans les directives européennes relatives à la protection de la faune.

La mignonne martre forestière est considérée comme nuisible. (Photo Daniel Ahlqvist)
La mignonne martre forestière est considérée comme nuisible. (Photo Daniel Ahlqvist)

Le Val d’Oise abrite des ragondins, renards, sangliers, chevreuils, blaireaux, fouines, martres forestières, putois, ou encore des furets.

« Il n’est cependant pas facile de quantifier leurs populations respectives, car certaines d’entre elles, comme la martre, sont toujours considérées comme des nuisibles. Nous n’avons ainsi plus de cerfs, car ils ont tous disparu », confie Nicolas Galand, le chargé de mission faune et flore du parc naturel régional du Vexin français, spécialiste de la connaissance et de la protection des espèces qui y séjournent.
On aperçoit de nombreux ragondins sur les berges de l'Oise et à la base de loisirs de Cergy. (Photo CC /Anne-Marie Michaud)
On aperçoit de nombreux ragondins sur les berges de l'Oise et à la base de loisirs de Cergy. (Photo CC /Anne-Marie Michaud)

Du côté des mammifères, « nous avons des petits et grands rhinolophes, des espèces de chauve-souris extrêmement rares et quasi-disparues, les dernières présentes en Ile-de-France ». Le renard fait des incursions en ville, comme le sanglier.

Des lamproies marines

Chez les poissons, on trouve des truites et écrevisses à pattes blanches, autres espèces protégées, dans des petits courts d’eau. Dans la vallée de l’Epte on a même découvert des lamproies marines qui sont remontées depuis la mer.

Des lamproies marines, poissons "parasites" à ventouses munies de nombreuses dents, ont été découverts dans un court d'eau du nord-ouest du département.
Des lamproies marines, poissons "parasites" à ventouses munies de nombreuses dents, ont été découverts dans un court d'eau du nord-ouest du département.

Enfin, chez les insectes, « le parc du Vexin accueille une belle population de libellules protégées, les cordulégastres, mais aussi des mantes religieuses et des lucanes cerf-volant, des scarabées qui mangent du bois », conclut notre spécialiste, Nicolas Galand.

Les serpents du Val d’Oise : couleuvres, vipères, coronelles lisses

couleuvre-CC-Charles-de-Mille-Isles.jpgLa vipère (péliade) est présente dans trois communes de notre département, à Chérence, Guiry-en-Vexin et Haute-Isle. À Mériel et Parmain, se cachent quelques “coronelles lisses” des serpents assez petits (60 à 70 cm de long), gris métallique avec des motifs foncés sur le dos, qui ne mordent que très rarement, et préfèrent fuir pour se cacher.
Les couleuvres à collier, qui peuvent mesurer 1 m 60, mais qui heureusement ne mordent pas, fréquentent quant à elles les plans d’eau d’Asnières-sur-Oise, Bruyères-sur-Oise, Guiry-en-Vexin, l’Isle-Adam, Luzarches, Mériel, Nesles-la-Vallée, Noisy-sur-Oise et Le Perchay.

Du côté des amphibiens, des salamandres de feu et tortues… de Floride

Salamandre-Thierry-Ehrmann.jpgChez les amphibiens, « nous avons une bonne population de salamandres de feu, celles qui sont noires et avec des taches jaunes sur le dos, en dépit de la disparition de nombreuses zones humides », confie Nicolas Galand. On trouve également plusieurs espèces de lézards, de grenouilles, crapauds, triton et rainettes un peu partout dans le Val d’Oise, ainsi que des tortues de Floride (ou à col rouge, N.D.L.R.), aussi étonnant que cela puisse paraître.

Préservons les chouettes, même celles qui nous font peur

Tyto_alba_1_Luc_Viatour.jpgLe PNR du Vexin Français agit en faveur des chouettes chevêches en restaurant les vergers, habitat de prédilection de cette petite chouette aux yeux d’or et en protégeant les chouettes hulottes « celles qu’on entend la nuit faire “hooouuuu”», ou encore les chouettes effraies « qui squattent les granges avec un cri à vous glacer le sang ».
Plus d’infos sur : www.pnr-vexin-francais.fr

Les oiseaux près de chez vous

Le Faucon pèlerin a repeuplé le Val d’Oise. On en trouve même sur les tours de la Défense. (Photo CC/OliBac)
Le Faucon pèlerin a repeuplé le Val d’Oise. On en trouve même sur les tours de la Défense. (Photo CC/OliBac)

Si vous tapez le nom de votre ville sur le module “Les oiseaux de votre commune” du comité Faune île-de-France, vous obtenez la liste des volatiles qui résident près de chez vous.
À Pontoise, par exemple, ils seraient ainsi plus d’une centaine à transiter ou vivre à l’année. Parmi les espèces inattendues, on constate la présence de busards des roseaux, de cigognes blanches, de faucons pèlerins, de goélands, ou encore de grues cendrées.
« Dans le parc naturel régional du Vexin français, nous avons une petite population de busards Saint-Matrin, des rapaces gris qui survolent les champs de céréales, une espèce assez menacée ainsi que des œdicnèmes criards », note pour sa part Nicolas Galand.
www.faune-iledefrance.org
Pour connaître le top 3 des animaux sauvages les plus fréquents en ville, il suffit de voir les produits vendus en jardinerie pour les écarter ou éliminer :
• oiseaux : le moineau, le merle.
• rongeurs : la souris domestique (il y en aurait 3 pour 1 habitant !)
• insecte : la fourmi.

, 95

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Pontoise - Vendredi 22 sept. 2017

Pontoise
Ven
22 / 09
18°/11°
vent 10km/h humidité 63%
Sam19°-7°
Dim22°-9°
Lun18°-11°
Mar19°-11°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :