Taverny La ville plante un ginkgo biloba pour commémorer Hiroshima et Nagasaki

Pierre Roullier, alias Roger Nymo, est le dernier à faire à Taverny le jeûne contre les armes nucléaires. Il a proposé à la ville de planter un ginkgo biloba, l'arbre de la paix.

16/08/2013 à 14:08 par Daniel Chollet

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Il a été surnommé, pour son look indien, Roger Nymo (Géronimo). Pierre Roullier est le dernier à faire le jeûne d’interpellation à Taverny. Du 6 au 9 août, deux fois par jour, il s’est rendu devant l’ex-base aérienne 921 pour commémorer les bombardements à l’arme nucléaire sur les villes japonaises d’Hiroshima et Nagasaki, en 1945, qui firent des dizaines de milliers de morts. Ils furent jusqu’à une trentaine à faire ce jeûne, organisé par la Maison de vigilance depuis 1983. Alors que la tension était vive entre l’Est et l’Ouest (crise des euromissiles), des pacifistes se rassemblèrent à Taverny, où se trouvait le Qg des forces aériennes stratégiques —là où le président enverrait son ordre de frappe nucléaire—. Le chercheur Théodore Monod, puis la députée européenne des Verts, Solange Fernex, ont pendant des années suivi le jeûne. Théodore Monod est décédé en 2000 et Solange Fernex en 2006. Depuis, la Maison de vigilance a été marquée par des conflits internes. Après la “dissolution” de la base en 2011, le jeûne se poursuit à Paris. Roger Nymo est resté. «Je fais le jeûne depuis 2002. Depuis trois jours, je ne bois que de l’eau, c’est assez dur, je suis fatigué», confie le militant, exclu de la Maison de vigilance, qui a créé l’association “Les jeûneurs vigilants de Taverny”, dont il est trésorier, avec Denis Caillié, ancien élu de Taverny, qui en est le secrétaire. Roger a proposé à la ville la plantation d’un ginkgo biloba. Les élus ont dit o.k. L’arbre est un symbole. Il a résisté à la bombe et aux radiations atomiques en 1945. «C’est un arbre archaïque, dit Roger. Il n’a pas de nervures sur ses feuilles et possède une microalgue aux vertus anticancérigènes. C’est un hommage à Théodore Monod. Quel meilleur symbole ?» L’arbre a été planté le 8 août devant le mur de la Paix, face au centre culturel. «Nous restons attachés à ce jeûne», a souligné Albine Caillié (Eelv), adjointe au maire, qui a rappelé sa démarche pour la dénucléarisation et la non-violence. La bataille de Plogoff Le maire (ex-Ps), Maurice Boscavert, a rappelé le vieux combat de Taverny pour la cause antinucléaire, depuis le jumelage de la ville avec Plogoff (Finistère) en 1977, où Edf voulait à l’époque implanter une centrale, projet rejeté et qui fut annulé. Ou encore «la manifestation très importante devant la base en 1977» où l’élu se rappelle avoir empêché que «tout le monde se batte». Avec reportage dans “Charlie Hebdo” à la clé. «Beau souvenir», se rappelle l’élu. Il n’a pas évoqué la bombe mais le nucléaire civil, «le problème des déchets, un scandale qui pollue notre planète», et rappelé l’engagement de François Hollande pour la réduction de la part du nucléaire à 50% en 2025 et la fermeture de la centrale de Fessenheim, «problème qui n’a pas été traité comme on l’entendait».

Taverny, 95

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Pontoise - Mercredi 23 août 2017

Pontoise
Mer
23 / 08
26°/16°
vent 10km/h humidité 89%
Jeu23°-13°
Ven25°-14°
Sam27°-17°
Dim23°-17°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

oup de tonnerre, lors du conseil municipal du mardi 13 septembre de Magny-en-Vexin, Jean-Paul Dabas, élu magnytois anciennement délégué à la santé, a décidé de quitter le groupe majoritaire, tout en continuant de siéger, en raison, entre autres, "de la manière diffamatoire, dont Jean-François Picault, le désormais ancien premier adjoint au maire, a été écarté". Il s'en explique :